fbpx

Économie circulaire : des emplois non-délocalisables

21 Déc 20215 min

Formations Impact positif Métiers

Les nouveaux modèles de production et de consommation liés à l’économie circulaire peuvent générer des activités et des opportunités d’emplois durables et non délocalisables. 
En France, la transition vers une économie circulaire est officiellement reconnue comme l’un des objectifs de la transition énergétique et écologique et comme l’un des piliers du développement durable.
économie circulaire

L’économie circulaire va en outre contribuer à l’atteinte de certains des objectifs du développement durable (ODD) de l’Agenda 2030 pour la France. Selon une étude produite par France Stratégie, le volume d’emploi aujourd’hui en France concerne déjà près de 800 000 emplois directs équivalents temps plein. Soit 3,4% de l’emploi national total. Parmi les sous-secteurs particulièrement demandeurs de main-d’œuvre : la réparation (200 000 ETP) et le traitement des déchets (100 000 ETP). 

Nous le savons, l’économie circulaire permet de développer de nouvelles activités mais aussi de consolider des filières industrielles. Elle permet ainsi de créer des emplois locaux, pérennes et non délocalisables. À titre d’exemple, le développement d’activités de réparation des produits usagés, de réutilisation ou de recyclage des déchets génère de l’ordre de 25 fois plus d’emplois que la mise en décharge de ces déchets. Quatre sous filières en particulier sont à haut potentiel : les métaux ferreux, les métaux non ferreux, le papier-carton et les granulats

En projection, une étude réalisée en 2015 par l’institut de l’économie circulaire, conjointement avec le Club de Rome (groupe de réflexion international sur le développement durable), prévoit 200 000 à 400 000 emplois créés en France par l’économie circulaire d’ici 2030.

Nous le comprenons, l’économie circulaire est un système économique qui s’inscrit dans une dynamique novatrice. Les enjeux de demain sont donc de s’inscrire dans ce secteur en pleine croissance et de s’adapter à un tout nouveau système économique.

4 emplois à saisir

Conseiller.e en gestion des déchets

Dès bac + 2 

Sa mission est d’accompagner les entreprises et les collectivités pour améliorer la réduction, la collecte et le traitement de leurs déchets. Après un diagnostic, il ou elle propose des actions concrètes pour améliorer les performances de recyclage. 

Formation

  • BTS métiers des services à l’environnement
  • BTS Hygiène, propreté et environnement
  • DUT génie de l’environnement
  • Licences pro
  • Masters traitement des déchets et pollution.

Ambassadeur-rice de tri

CAP

L’ambassadeur.drice du tri ou animateur.trice tri est un lien essentiel entre les usagers et le service de collecte des déchets. Sa mission est d’informer et d’inciter les habitants d’une commune à trier correctement leurs déchets dans le cadre d’une politique environnementale et de développement durable.

Formation

Les organismes Citeo et Adelphe dispensent des formations en partenariat avec entreprises et collectivités.

ou 

  • CAP propreté de l’environnement urbain-collecte et recyclage
  • CAP gestion des déchets et de propreté urbaine
  • Bac pro gestion des pollutions et protection de l’environnement
  • BTS métiers de service à l’environnement

Technicien-ne low-tech 

Formation professionnalisante 

La mission de cet agent d’économie circulaire est d’assurer l’économie des ressources, la répartition et la maintenance durable des équipements pour le compte d’entreprises ou de collectivités. 

Formation

La Low-tech Skol est la première formation en France entièrement dédiée aux low-tech et à l’économie circulaire.

Ingénieur-e en traitement des eaux

Bac +5

Profil très recherché par les collectivités, sa mission est de veiller à ce que la qualité de l’eau soit conforme à la réglementation. 

Formation

  • Diplôme d’ingénieur
  • Master 2 spécialisation hydraulique, biologie ou chimie

Lire aussi : LA LOW TECH

Alix Sunyer

Alix Sunyer

Chef de projet Marketing Digital & Sales chez Pixis

1